En 1993, l’expression « adressabilité universelle » avait marqué les audiences publiques du CRTC. À l’époque, l’organisme de réglementation cherchait à définir comment l’industrie canadienne de la radiodiffusion devait s’y prendre pour préparer son « avenir numérique ».

Grâce au développement de nouvelles technologies – plus précisément, de la compression vidéo numérique (CVN) – on s’attendait à ce que les entreprises canadiennes de distribution par câble ou satellite augmentent leur capacité de distribution afin de transmettre divers services de programmation directement aux abonnés individuels. C’était une nouvelle ère en matière de télévision multi-chaîne et d’abonnement à des forfaits de télévision. Ces nouvelles technologies ont permis d’accroître considérablement le nombre de chaînes spécialisées et de mieux soutenir les modèles de télévision payante, et elles ont pavé la voie à la télé IP.

À ce jour, ces éléments demeurent des caractéristiques fondamentales du marché canadien de la télévision.

Cependant, comme il a été établi dans nos rapports antérieurs, les technologies numériques ont continué à évoluer et à influencer le comportement des consommateurs de contenu. Aujourd’hui, nombre de téléspectateurs exigent un plus grand contrôle sur le contenu et veulent s’y engager davantage. En fait, nous pourrions un jour nous rappeler de 2013 comme d’une « année charnière » annonçant une nouvelle ère pour la télévision dans laquelle les nouvelles pratiques numériques sont devenues les modèles largement adoptés par l’industrie. Pour reprendre l’expression du CRTC remontant à 1993, nous pourrions qualifier cette nouvelle phase d’« accessibilité universelle ».

Sujets traités dans ce rapport

  1. Un meilleur accès pour les consommateurs dépend d’appareils modifiables et optimisables
  2. L’industrie vit une transition dirigée par les nouveaux usages de consommation et le piratage de contenu rend nécessaire une réévaluation des modes de gestion des droits
  3. L’appétit pour du contenu de type télévisuel ne fait aucun doute
  4. Une partie de la valeur, autrefois intrinsèque au contenu, s’est déplacée dans la relation entre l’auditoire et le contenu
  5. La télévision sociale ouvre la porte à la monétisation
  6. L’accès aux données des utilisateurs et leur valorisation sont susceptibles de devenir le plus important avantage concurrentiel du marché des médias